Face aux collines du Rwanda

Lecture spectacle

« Face aux collines du Rwanda »

Création 2018 – 2019 d’Ignace Fabiani

Situé entre lecture incarnée et récit conté, ce spectacle nous emmène en voyage au Rwanda, à la découverte de ce pays étonnant.

Des mots profonds, drôles et parfois graves, inspirés de faits réels.
La voix du conteur se mêle aux ambiances sonores et chansons enregistrées directement à Kigali, la capitale du Rwanda.

Tout public à partir de 12 ans
Durée : 60 minutes

Distribution :

Écrit et interprété par : Ignace Fabiani
Aide à l’adaptation : Claire Davienne

L’histoire :

Joseph, un jeune français de 24 ans part à Kigali pour 6 mois, travailler avec des jeunes qui vivent dans la rue. Au fil du spectacle, une multitude de personnages viennent colorer le récit : un jeune passionné de rap ayant appris l’anglais en regardant des films de Bollywood, une éducatrice rescapée du génocide, toujours pleine de projets et d’espérance, un gardien de nuit féru de proverbes qui ne quitte pas sa chemise et sa moustache de toréador, une jeune fille orpheline qui pilote aujourd’hui un drone…

Des personnages auxquels Joseph s’attache, qu’il a envie de connaître, de comprendre… et qui nous permettent ainsi de découvrir de manière sensible un peu de l’histoire du Rwanda.

Mise en scène :

Simple et épuré la mise en scène nous amène à la frontière entre le conte, le théâtre et le récit. Debout face au public le comédien-conteur, seul sur scène, nous raconte cette histoire singulière et nous emmène en voyage. Une tablette reliée à une baffle autonome lui permet de lancer les ambiances sonores et chansons qui viennent rythmer le spectacle.

Extraits du livre d’or :

« J’aime la simplicité avec laquelle vous dessinez et peignez le décor du Rwanda. J’y étais avec vous. » Raph

« Merci de nous faire connaitre cette histoire, ces vies, tout en équilibre, à la montée et à la descente. » Anne Sylvie.

« Un récit qui nous fait découvrir un pays qu’on ne peut oublier ! » Françoise

« Ce spectacle me donne envie d’apprendre des Rwandais ! »

Note d’intention d’Ignace Fabiani :

Le Rwanda est un pays qui me passionne depuis 15 ans. Inspiré de mon expérience personnelle, j’ai cherché à créer un spectacle qui plonge dans la découverte de ce pays étonnant, dont je cherche à comprendre les paradoxes.

L’ambition de ce spectacle est de réussir à parler de la réalité complexe du Rwanda, avec ses ombres et sa lumière. En partageant l’héritage difficile du génocide, mais aussi en montrant la richesse de ce que nous pouvons apprendre des Rwandais. En racontant la force de certains rescapés qui malgré leurs histoires sont des moteurs de paix, de changement et de dynamisme pour leur communauté. En montrant comment cette résilience a quelque chose d’universel à nous enseigner. En témoignant de la curiosité contagieuse de ces jeunes qui, malgré leur situation précaire, croient en leur avenir.

Ce projet théâtral interroge aussi le rôle des jeunes « occidentaux » qui veulent à tout prix « aider à développer » l’Afrique…

Le spectacle « Face aux collines du Rwanda » est nourri de mon regard aiguisé au contact des jeunes que j’ai rencontré à Kigali, des émotions vécues avec eux, de mon ressenti de « jeune français », souvent interrogatif et parfois même honteux devant ce que les Rwandais m’ont raconté sur le rôle de la France en 1994, de ma passion à vouloir comprendre les enjeux et la complexité des situations pour les repartager de manière nuancée…

Je sens aujourd’hui la nécessité de porter ces bouts de vie, ces mots et ces histoires sur scène. Dans le monde actuel, marqué par le repli sur soi, les amalgames, les simplifications et où « l’autre différent » est de plus en plus souvent présenté comme une menace, il me semble indispensable de faire un pas de côté, de tenter de chausser les lunettes de l’autre, de se relier à l’altérité. Modestement, à mon échelle, je souhaite qu’à travers ce spectacle, on parte en voyage ensemble et qu’on revienne chez soi transformé !

Mon histoire avec le Rwanda :

J’ai commencé à m’intéresser au Rwanda en 2003 grâce à la lecture de plusieurs livres.

En 2006, j’ai décidé de découvrir le Rwanda en « vrai » en partant faire mon stage de fin d’études à Kigali au sein d’un centre accueillant des jeunes qui ont vécu dans la rue. Une expérience très riche où j’ai pu découvrir une partie des « ruses anonymes et quotidiennes » que ces jeunes mettent en place pour vivre debout, dignement et fiers. Ces mois exigeants et passionnants ont lié mon histoire à celle du Rwanda.

De retour en France, j’ai voulu mieux comprendre l’histoire de ce pays – lectures, films, rencontres avec des sociologues, historiens, humanitaires, militaires,… – tout en cherchant ce qu’elle a d’universel à nous dire.

Je suis retourné au Rwanda en 2009 pendant un mois et demi pour retrouver les jeunes que j’avais rencontrés et soutenir le centre d’accueil.

En France, j’ai continué à mener des activités en lien avec le Rwanda : organisation d’un festival de films « Contrastes du Rwanda » au Cinéma Opéra à Lyon, conférences, interventions dans des collèges et des lycées, lectures de textes,…

Je suis reparti une troisième fois au Rwanda en 2017 pour prendre la température actuelle du pays et enregistrer des ambiances sonores pour le spectacle.

2

Mes spectacles précédents :

Depuis 2011, je travaille comme comédien au sein de la compagnie de théâtre Artiflette (basée à Barraux, en Isère). J’y ai créé avec Claire Davienne, deux spectacles :

  • « Le chant des radiateurs« , un duo voix et violoncelle à partir d’extraits d’un livre du poète contemporain Christian Bobin (« Autoportrait au Radiateur », éditions Gallimard).

Ce spectacle intime parle de la vie, de la mort, de nos moyens de résistance ; dans une valse où les mots dansent avec la musique …
Il a été joué plus de 100 fois dans des lieux très variés : aux festivals d’Avignon, d’Aurillac, de Chalon dans la rue, chez l’habitant, dans des médiathèques, théâtres, lycées, en prison, et au Québec !

« Merci pour la vive compagnie de vos mots et du violoncelle ainsi que les sourires que vous avez fait fleurir aux lèvres des auditeurs. » Christian Bobin

DSC00510

Un spectacle inspiré d’une histoire vraie entre théâtre et récit conté, tissé de mots et de musique, qui raconte les rencontres au quotidien dans une cité HLM.

« Merci pour ce témoignage de vie au coeur d’une cité, territoire devenu ô combien symbolique, faisant partie de notre mythologie contemporaine bien française. Votre texte suscite une curiosité sincère. Nous saluons ce que nous avons ressenti comme l’exercice d’une regard juste, honnête et respectueux, sans effet de littérature, cherchant sa propre voix et de ce fait étanche s’il en est aux contaminations médiatiques… regard dont on pourrait se dire qu’il pourrait être aussi le nôtre et qui se révèle en ce sens précieux…  »
A Mots Découverts, association d’accompagnement à l’écriture dramaturgique

Photo Copains en bas

 

 

Publicités